Le Béarn des Gaves

Cet ensemble du piémont pyrénéen est centré sur la convergence des vallées des gaves de Pau et d'Oloron dont il tire son nom. Il est à la charnière du Pays Basque et des Landes. Situé au centre du département des Pyrénées-Atlantiques, il réunit les 4 cantons de Navarrenx, Orthez, Salies-de-Béarn et Sauveterre-de-Béarn. Le premier atout du Béarn des Gaves est son patrimoine naturel et ses paysages. En outre il possède une identité forte liée à son histoire particulièrement riche et à un patrimoine architectural d'exception. L'histoire du Béarn des Gaves se confond avec celle du Béarn puis de la France. C'est même un concentré de l'histoire de cette principauté, un temps indépendante.

Quelques repères historiques et architecturaux…

L'essor à l'époque médiévale

Pont de la Légende de Sauveterre-de-Béarn

Sa situation géographique entre l'actuel Pays basque et le département des Landes explique le rôle singulier du Béarn des Gaves. Il a été au coeur de tous les événements marquants du Moyen Âge occidental. Jusqu'au XIVe siècle, le Béarn va vivre au gré d'alliances et d'obligations contradictoires avant de connaître une période de neutralité et de souveraineté. On peut par ailleurs noter qu'Orthez sera la capitale d'où émergea le sentiment d'indépendance du Béarn. Les villes de Navarrenx, d'Orthez, de Salies et Sauveterre jouent un rôle important en contrôlant les accès fluviaux et ainsi les voies marchandes et les chemins de Saint-Jacques de Compostelle (Routes du Puy-en-Velay, Vezelay et de Tours). Le développement urbain dans ce secteur a été très important. Orthez et Sauveterre ont été deux des quatre communautés qui reçurent le titre de bourg de Béarn dès le XIIIe siècle et Navarrenx comme Labastide-Villefranche, le statut de bastide. Le cœur historique de ces villes témoigne encore aujourd'hui de cette période grâce aux nombreux vestiges médiévaux mais aussi à un parcellaire en lanière typique. Certains modèles de cité connaissent une configuration plus originale comme pour Salies-de-Béarn dont le développement a été fortement marqué par l'exploitation du sel dès son émergence. L'histoire du territoire porte incontestablement la marque de Gaston VII Moncade (1229-1290) et de Gaston Fébus (1331-1391). C'est la période la plus organisée en terme d'urbanisme (construction de nombreux châteaux, fortification, ponts…), d'administration et d'institution. Fébus notamment profitera de la situation pour imposer le caractère souverain du Béarn.

Une terre protestante…

Maison Jeanne d'Albret abritant le Musée Jeanne d'Albret d'Orthez

Au XVIe siècle le Béarn est la seule région de la France actuelle où le calvinisme a été la religion officielle. Comment la Réforme est parvenue jusqu'en Béarn ? Par le fait du prince, celui de son souverain, Jeanne d'Albret. Fille unique, elle gouverne le Béarn de 1555 à 1572 et se convertit au calvinisme le jour de Noël 1560. Selon la coutume cujus regio ejus religio les Béarnais doivent alors devenir protestants. Le Béarn des Gaves devient le terreau de la nouvelle doctrine et surtout Orthez avec la création d'une académie protestante. Le patrimoine actuel témoigne encore aujourd'hui de cette période. Les choix religieux de Jeanne d'Albret ont eu une portée dépassant largement la durée de son règne ; ils ont profondément marqué la mémoire, la culture, l'identité voire la sociologie béarnaise.

L'ère du commerce et de l'artisanat

Une maison de négociant du XVIIIe siècle

A partir de XVIIIe siècle le développement de l'artisanat lié à l'essor d'un important commerce maritime sur l'Atlantique joue un rôle majeur dans l'enrichissement du Béarn des Gaves. La production de diverses salaisons et de conserves de viande grâce au sel de Salies, le tannage des peaux et les métiers du cuir, les fabriques de flanelles d'Orthez et de Navarrenx, l'ébénisterie et le travail du bois sont autant d'atouts grâce auxquels les béarnais se sont formidablement enrichis. De très nombreuses maisons jusqu'alors bâties en torchis et en pan de bois ont été reconstruites en pierre. Les toits de chaume ont été remplacés par des tuiles plates, la fameuse tuile picon. Devenus bien plus solides, ces maisons et hôtels particuliers témoignent de ce bouleversement. Ce sont eux qui donnent ce style si caractéristique au territoire qui vit donc encore aujourd'hui très largement sur l'héritage de cette époque.

Le Béarn des Gaves à l'époque contemporaine

À l'image du reste du Béarn, le XIXe siècle n'est pas une période particulièrement dynamique sur le plan économique. Même si un certain nombre d'industries voit le jour, on peut évoquer l'envol du thermalisme à Salies notamment, c'est sur le plan des idées que le Béarn des Gaves s'illustre le plus. Avec la concentration frappante et inhabituelle de penseurs, d'artistes, de scientifiques, d'hommes politiques nés ou ayant vécu dans les bourgs centres comme dans les villages alentours Pour n'en citer que quelques uns : Félix Pécaut, la famille Reclus, Prosper Darralde, Léon Bérard… En 1954, un important gisement de gaz est découvert, à une quinzaine de kilomètres seulement, à Lacq. Ainsi la ville d'Orthez passera en quelques années de 7 000 à 12 000 habitants. De nouveaux quartiers constitués exclusivement de pavillons habités par les cadres des usines de Lacq seront construits tout autour des villes anciennes et dans les villages environnants.