Navarrenx

Bastide et fortifications1Implantée à proximité d’un gué du gave d’Oloron, en zone frontière entre le Béarn et la Soule, la ville de Navarrenx occupe une position stratégique forte en regard de la France et l’Espagne. Elle contrôle un axe de circulation qui devient au XIe siècle la voie majeure du Puy pour les pèlerins de Compostelle. Comme Orthez et Sauveterre, Navarrenx prend de l’importance sous les règnes des vicomtes Gaston VI et Gaston VII Moncade qui la dotent de ses équipements les plus importants avec l’édification d’un pont de pierre sur le gave d’Oloron(charte de 1289), d’un marché bimensuel, de fortification et d’un château aujourd’hui disparu la Castérasse. Navarrenx se voit concéder le statut de bastide en 1316 par la vicomtesse Marguerite. Il suffit de se promener pour comprendre l’impact de cette décision sur la conception architecturale la cité : la grande place carrée où trônait la halle, les rues se coupant à angle droit, le lotissement régulier de ses maisons contiguës de 6 à 7 m de large...

 

Orillon de la porte Saint-AntoineOutre l’aspect purement urbanistique, le statut de bastide a encadré le développement agricole mais surtout stimulé l’essor marchand de Navarrenx et des environs. Au XVIe siècle Navarrenx de ville marchande devient citadelle militaire. Henri II d’Albret, vicomte souverain, conscient de la position stratégique de Navarrenx choisit l’architecte Fabrizio Siciliano, en 1538 pour reprendre les fortifications de la cité. Aux hautes tours médiévales, vulnérables à l’artillerie « moderne », Siciliano substitue « boulevards » et bastions. Navarrenx, est alors dotée d’un dispositif de remparts dits «élastiques» avec son système d’angles saillants protégés par des bastions et demi-bastion à simple face ou à orillons. A cette époque, ils représentent un exemple d’architecture militaire à peu près unique en France. En 1569 Le capitaine Terride, à la tête de troupes du roi de France désireux d’annexer le Béarn, éprouve la qualité défensive de la citadelle..

 

Arsenal du XVIIIe siècle

Navarrenx conserve jusqu’au XIXe siècle sa vocation militaire avec l’aménagement de casernes, d’un arsenal… avant son déclassement en 1868. La conservation et la réhabilitation des remparts témoignent du souci la population vis-à-vis de ce patrimoine exceptionnel. Dans ce même esprit, il faut noter les aménagements récents réalisés au camp Gurs. Ce camp d’internement (le plus grand du sud de la France) a été construit en 1939, en 42 jours et sur 79 hectares. Il « accueille » successivement les combattants de l’armée républicaine espagnole vaincus par le franquisme, les indésirables du régime de Vichy puis les juifs destinés à la déportation. En 1945, le camp, définitivement fermé, est destiné à l’oubli. Mais dans les années 2000 un programme de valorisation de sauvegarde mémorielle est lancée.