Canton d'Orthez

Pont-Vieux XIIIe -XIVe siècle (1)

La communauté de Communes du Canton d’Orthez est composée 12 communes autour de la ville centre. Située sur le gave de Pau, il joue un rôle majeur dans le développement du canton et d’Orthez. Cette dernière apparaît dans l’histoire du Béarn au détour de l’an 1000. Dépendant de l’évêché de Dax, elle est arrachée aux vicomtes de Dax en 1194 par Gaston VI de Moncade, prince aragonais, soucieux de renforcer ses positions au nord des Pyrénées. A partir de 1242 Gaston VII de Moncade fait d’Orthez la capitale de la vicomté de Béarn et planifie son urbanisme. Il fortifie la cité par la construction d’un rempart maçonné, d’un château fort en pierre (le Château Moncade) et d’un pont fortifié. La devise de la ville est depuis Tòca-i si gausas (« Touches-y si tu l’oses » en gascon).

Au XIVesiècle, la ville construit son identité autour de la personnalité brillante de Gaston III de Foix-Béarn, dit Fébus. L’afflux de nouveaux habitants entraîne de nombreuses constructions d’églises, de monastères, et d’habitations. De village, Orthez accède à la dimension de ville. Le pont fortifié et d’importants vestiges du château et des remparts témoignent encore de cette époque. En 1466, Orthez n’est plus la capitale du Béarn, mais elle demeure une cité majeure notamment au siècle suivant.

Eglise Saint Pierre XIIIe- XIVe siècle (1)En 1560 suite à la conversion de Jeanne d’Albret, vicomtesse souveraine du Béarn au protestantisme, une académie est fondée à Orthez et des imprimeurs sont incités à s’y installer. Le canton d’Orthez devient alors un important foyer culturel protestant. Encore de nos jours, il reste une forte communauté protestante avec un patrimoine religieux comme civil singuliers.

Hôtel de la Lune XIIIe-XVe siècle (1)L’architecture civile d’Orthez et des villages environnants est fortement marquée par le développement commercial des XVIIe et XVIIIesiècle lié à l’essor du port de Bayonne. De riches familles de marchands et d’artisans s’établissent dans des hôtels particuliers ou des maisons alliant fonction commerciale et d’habitation. Un habitat bourgeois en « dur » se juxtapose sur le parcellaire médiéval.

Depuis le milieu du XIXesiècle, Orthez pour l’essentiel, poursuit son développement urbain et industriel au-delà du noyau ancien. Le désenclavement de la province béarnaise grâce aux nouveaux moyens de transport (train, voiture…) autorise l’influence de nouveaux styles venus d’ailleurs. Ainsi au siècle dernier, plusieurs courants hétéroclites signent l’identité des nouvelles constructions publiques comme privés: néo-régionaliste ou art déco sous l’entre-deux guerre ou encore habitat pavillonnaire à compter des années 60.