Formes et matériaux

Les formes et les matériaux de constructions sont les éléments qui constituent la composition des paysages. Galets, picons, cloca et génoises donnent les tonalités du Béarn des Gaves.

De rouge et de noir
1-FM-ToitsbearnaisAutrefois couverts de chaume ou de bardeaux de bois, les toits béarnais ont laissé la place à des couvertures en tuiles plates ou ardoises au XVIIIe siècle. Ici, la tuile plate dite picon domine largement, donnant aux paysages urbains et ruraux des tons chauds, particulièrement appréciés, allant du rouge foncé à l’ocre. Réalisée avec de l’argile locale, son nom vient du picot qui permet de les disposer sur le lattis de bois recouvrant les chevrons. Elles ont deux formes : rectangulaire ou en écaille de poisson, plus rare. Moins lourde, l’ardoise noire est, elle, clouée sur un plâtelage. Cette dernière est plus présente dans la région de Navarrenx plus proche des Pyrénées. Jusqu’au XIXe siècle, elle est peu utilisée ici, car jugée trop onéreuse. Il n’est pas rare, sur certains toits, de trouver un mélange des deux matériaux notamment sur des charpentes mansardées.

La charpente, une spécialité
Les tuiles picons ou encore l’ardoise sont parfaitement adaptées aux charpentes béarnaises caractéristiques par leurs fortes pentes à 45° et 50°. Deux types de charpentes se développent dans l’entre-deux-gaves : la plus « simple » est une charpente à croupe qui comprend malgré tout un toit à quatre eaux (pentes) ; plus élaborée, la charpente à pan coupée, autrement dit à la Mansart, autorise un gain de place important pour le grenier agricole. En milieu urbain, il donne à la maison une apparence plus aristocratique. Ces structures, longtemps en bois de chêne, ont fait la réputation des charpentiers béarnais. Autre élément identifiant, la présence du système de coyaux dans les toits qui en adoucissant la pente permet de rejeter les eaux de pluie loin de la maçonnerie.

Entre galets et calcaire
2-FM-Galets-aretesPoissonSi au Moyen Âge les maisons à pans de bois étaient la règle, aujourd’hui deux types de constructions dominent, la construction en maçonnerie et celle en galets. La première est composée de murs en moellons, plus ou moins réguliers, pris dans un mortier de chaux naturelle. Les chaînes d’angles, souvent en calcaire, sont constituées de pierres de taille plus esthétiques.
Le galet, très présent dans le Sud-Ouest, est un élément plus original de la construction béarnaise. Elle se généralise au XVIIIe siècle avec la chaux hydraulique qui permet un temps de séchage plus rapide. Ce matériau est facile à trouver sur les berges des gaves  mais aussi dans les champs, bien que moins appréciés. Les galets sont triés selon leur apparence afin d’être utilisés pour le parement ou la sorrolh. La structure en « feuille de fougère » ou « arête de poisson » est considérée comme la plus belle.
 
Maisons rurales traditionnelles et «cloca»
3-FM-MaisonNegociants-Ide-LaffargueUsuellement, dans les maisons rurales, les fonctions d’habitation et d’exploitation cohabitent dans une disposition de « maisons-blocs » ou de « maisons-cours ». Au XVIIe siècle, apparaît la cloca, typique du Béarn des Gaves, le corps principal du bâtiment, très pentu est prolongé par des appentis aplatis. Le centre contient la bòrda (la grange), de part et d’autre, il y a l’étable ou le sot (soue) et l’habitation. Le terme cloca, glousse en béarnais, fait référence à une mère poule couvant avec ses ailes déployées. 4-FM-Cloca
Un siècle plus tard, des maisons plus classiques et symétriques avec façade gouttereau et ornées de génoises s’imposent. Le génoise, sorte de frise décorative, de un à plusieurs rangs, est généralement enduite. Elle ferme l’avant-toit et protège le mur en l’absence de gouttières. Elle fait partie des éléments ornementaux qui marquent la distinction sociale, comme le portail ou la porte cochère.
Enfin, l’influence lando-chalossaise est présente dans le nord du Béarn des Gaves. Ce sont des fermes-blocs dont les larges façades à pignon sont couvertes de toits à pentes plus ou moins symétriques.